l’éros résistant

  Elle, alors, vint se jeter à mes côtés, face contre terre, en criant :  cachez-moi ! cachez-moi ! » […]d’un bond je m’allongeai sur elle, couvrant tout son corps avec le mien. Ses mâchoires claquaient d’effroi ; ses doigts griffaient l’humus comme pour s’y enfouir, ses membres étaient agités de sursauts frénétiques de même que…