étonnez-moi Benoît

Redescendre des nuages n’est déjà pas une mince affaire, surtout pour une fille de l’océan.  Mais revenir sur l’internet c’est carrément dégringoler en chute libre. Là j’ai du mal. J’ai crapahuté dans la montagne dans le silence et la solitude à deux mille mètres d’altitude en Vanoise,  j’ en  ai fait baver à mes muscles…

le legs

………… ……Votre voix tremble sur l’enregistrement. De trop d’alcool et de cigarettes. Ainsi donc vous n’êtes pas remonté. Le corps du délit se fait vieux. Vieux et las. S’il n’y avait eu qu’elle. Toutes vous ont  éreinté de leurs gémissements et de leurs cris, de leurs  amours et de leurs  perfidies. A contre jour à…

enfance

Mais que sait-on de ces solitudes là, de ces  silences d’enfance, de ces imaginaires libérés des contraintes et des convenances ?  Je me souviens de mes rêves en Technicolor, cachés entre mes tresses comme des trésors . Rien qu’ à moi. Il me reste de ces années là , précisément celles-ci, le goût du silence…

Et puis un matin elle décide de se taire

Et puis un matin elle décide de se taire. Pour voir. Elle laisse ses mots venir jusqu’à ses lèvres, les contient dans sa bouche, libère voyelles et consonnes de leurs carcans syllabiques. Les lettres affolées perdent sens , valdinguent contre son palais et expirent. Elle autopsie les cadavres de ses mots en bouche, nettoie de…