le magazine LIRE snobe les éditeurs numériques

le magazine LIRE snobe les éditeurs numériques Une fois qu’on a passé les bornes, il n’y a plus de limites, c’est bien connu.  En préambule,  pour illustrer la charge contre LIRE,  un petit jeu assez savoureux : dans la vidéo que je vous propose, remplacez,  , Livre de poche  par Livre numérique , dans les…

Lire, une obscénité bien douce

lire est une obscénité bien douce.  Qui peut comprendre quelque chose à la douceur s’il n’a jamais penché sa vie, sa vie tout entière, sur la première page d’un livre ? Non, l’unique, la plus douce protection contre toutes les peurs c’est celle-là – un livre qui commence.   Alessandro Baricco –Châteaux de la colère-…

indécentes lectures

Une ville, une fontaine rafraîchissante à coté d’une bibliothèque publique. Vous avez vu le monde avant le fracas des tôles et le drame n’est pas définitif, juste cruellement long. Aveugle temporaire.  Les mots, les livres vous manquent. Vous engagez un lecteur accompagnateur. Vous avez préféré une voix d’homme, très grave. Compagnon fidèle et dévoué je…

salon du livre de Montmorillon

Le dimanche 13 juin, je serai au salon du livre de Montmorillon,  la cité du livre, avec  la Société des Auteurs de Poitou Charente (SAPC). Je dédicacerai L’eau à la bouche, et Folies de femmes. Les derniers exemplaires, puisque ces deux ouvrages sont déjà épuisés chez mon éditeur, les éditions Blanche. Des collectors quoi…

lire (encore)

Exigeant m’a taguée.   Tag.  Ce mot étrange qui interpelle…. m’évoque plutôt dehors, dans la rue, un tatouage, un graphisme sur de la pierre, du béton, de l’acier, des mots souvent violents , colorés, qui disent l’émotion , la souffrance, la poésie, qui disent la vie, là où il y en a si peu, là où…

lire, une obscène douceur

   lire est une obscénité bien douce.  Qui peut comprendre quelque chose à la douceur s’il n’a jamais penché sa vie, sa vie tout entière, sur la première page d’un livre ? Non, l’unique, la plus douce protection contre toutes les peurs c’est celle-là – un livre qui commence. (A. Baricco)   image extraite de L’…

lire

lire sans ne rien en attendre d’autre que de pouvoir continuer à cheminer, vivant. on ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? Franz Kafka. salon du livre…