atout et maître

De ton atout maître tu coupes jalousement mon cavalier de cœur et prends la main. Tu ouvres les piques de ton roi orgueilleux puis livres ta dame à ma bouche gourmande. Je te laisse me dominer sur le carreau. Ragaillardi, tu me dépouilles de mes avantages, l’oeil concupiscent. Humble, je temporise et m’excuse. Obsédé par…