la femme d’octets

Il a fallu que je trouve un succédané au tabac , alors  le clic a remplacé  la clope du matin, la meilleure,  l’irremplaçable. Il faut bien dire que ça marche, une addiction en vaut une autre, le café près du clavier, je clique, et reclique, clic, clic clic, comme autant de bouffées sans inspiration.  Pas sur des…

étonnez-moi Benoît

Redescendre des nuages n’est déjà pas une mince affaire, surtout pour une fille de l’océan.  Mais revenir sur l’internet c’est carrément dégringoler en chute libre. Là j’ai du mal. J’ai crapahuté dans la montagne dans le silence et la solitude à deux mille mètres d’altitude en Vanoise,  j’ en  ai fait baver à mes muscles…

se survivre (3)

ce texte fait suite à ceux-là : 1 l’enterrement-des-illusions/ 2 le-sourire-beat-du-dilettant/ Evidemment, plus il se rapprochait du terme de sa vie, plus il en goûtait les  infimes joies éphémères avec jubilation.  Rien ne semble meilleur que la fin d’une bouteille. Non qu’il fut déjà un peu mort, il assista  pourtant à la mascarade pathétique des…

illuminée gauchiste

Internet ça peut être très drôle,  même  dans l’adversité…finalement tout est une question de lecture.  En cliquant sur une source  récurrente de visites de mon blog je tombe sur ce qui suit,  posté  il y a deux jours par une certaine Anne-Ys sur un forum , elle  y répondait à un autre intervenant : « Le…

post coïtum

Ça a fait toot toot…et le Mac s’est réveillé dans la chambre noire. J’ai sursauté dans mon sommeil sans rêve et écarquillé les yeux comme une zombie, hypnotisée par ce charivari qui me tétanisait. L’écran explosa et vomit des flots d’ego boursouflés et de je majuscules, un torrent de mots fluorescents dégringolait de la lucarne…