bien du talent

il faut bien du talent  pour  le matin s’éveiller insouciant en ces temps guerriers dans ce bordel ambiant, ça canarde de partout, ça tremble, ça engloutit, ça enterre, ça mitraille la haine, ça chauffe, ça explose, le Kadhafi, la Marine, la terre,  l’océan, l’uranium en surchauffe, les spéculateurs nécrophages …and so on…. en gros plan…

l’arène est vaste comme le monde

                    curieux cette aversion  générale pour la corrida, cette incapacité à en supporter l’idée même ; les aficionados sont accusés de barbarie, on aimerait   les clouer soi-même au pilori. On s’offusque, on s’offusque, on milite pour la fermeture des arènes et  on dîne en famille à…

l’éros résistant

  Elle, alors, vint se jeter à mes côtés, face contre terre, en criant :  cachez-moi ! cachez-moi ! » […]d’un bond je m’allongeai sur elle, couvrant tout son corps avec le mien. Ses mâchoires claquaient d’effroi ; ses doigts griffaient l’humus comme pour s’y enfouir, ses membres étaient agités de sursauts frénétiques de même que…

larmes de mort

l’enfance sacrifiée sur l’autel de Mars, l’enfant, arme de MORT, l’enfant dressé à la mort, à la traque de tout ce qui vit et bouge, l’enfant tueur nourri au sein de la guerre, l’enfant que le père arme , élevé sous le ventre de la HAINE, l’enfant abreuvé de sang gerbe secrètement son horreur dans…