Et si on aimait la France, de Bernard Maris

Lire les derniers mots de Bernard Maris est très émouvant parce que l’espoir et la confiance qu’il avait en les hommes se télescopent avec l’absurdité de son assassinat.  Le 2 janviers 2015 le texte de cet essai optimiste arrivait aux éditions Grasset, cinq jours plus tard, son auteur, l’économiste et chroniqueur Bernard Maris était massacré…