disgrâce

…le cahier gondole, les pages moisissent, l’écriture haute et fière se délite : vos yeux me disent ma laideur, ma chair trop moelleuse et mon visage anguleux pas raccord  comme une mauvaise pièce de puzzle, ma tête émaciée d’oiseau de proie posée sur mon corps lourd je n’ai pas besoin de miroir, sœurs fratricides, mon reflet…