Le sens du temps et de l’envie

 

Des news du front.

desktopAyant déserté depuis le mois d’avril les réseaux sociaux, je n’ai appris que trop tardivement  la mort de  Frédéric Badré atteint comme moi de la  maladie de Charcot (ou SLA). Nous étions entrés en contact sur Facebook  en début d’année 2016 après ma lecture de son  beau livre La Grande Santé (Seuil) . Sa capacité d’acceptation apparente me fascinait et je trouvais en lui des échos  à  mes monologues intérieurs. Le dessin, la peinture, la  littérature, l’histoire, la musique ont nourri sa vie.  La description de ses difficultés sont maintenant   souvent les miennes. Nous communiquions surtout par texto, il me donnait des conseils bienveillants sur la façon d’anticiper mes incapacités qui viendraient immanquablement, me disait de faire attention à ne pas tomber… Et le voilà déjà parti… Il avait 50 ans. La dernière phrase de son livre était pourtant celle-ci :

Je reste là, immobile, et j’attends d’être guéri pour que ma vie reprenne son cours normal.

Il me hante souvent. J’aurais aimé m’entretenir longuement avec lui sur nos différentes façons de négocier avec Charcot.

Désormais beaucoup de mots de la langue française me semblent fragiles, mouvants, trompeurs et même insensés.  Ces deux-là, par exemple  :  temps, et envie.

Temps parce que ce mot a perdu pour moi toute signification. Je pensais qu’il était devenu mon ennemi. Parce qu’il m’était tellement compté. Mais non. Je ne le compte plus, il ne s’écoule pas dans le sablier, parce que tout simplement il n’existe plus.  En voilà un drôle de mot,  totalement surréaliste. Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales nous dit que c’est un  « Milieu indéfini et homogène dans lequel se situent les êtres et les choses et qui est caractérisé par sa double nature, à la fois continuité et succession. »  Impermanent… il passe, court, fuit, s’écoule ? Je ne pense plus cela, il est juste  instable, forme molle, espace sans rebord… La SLA a effacé cette notion de temps, non pas comme beaucoup me disent parce que je dois vivre désormais l’instant, puisque cet instant toujours recommencé n’a pas de durée.  Il a juste disparu. Il n’y a même plus d’unité de temps. Et, à moins que la démence me guette…je n’arrive même plus a savoir quel jour de quelle semaine de quel mois… Et le temps ne peut donc plus plus me marquer, il n’a pas marqué Frédéric non plus.

Quant au mot envie, je crois qu’il se fout de nous. Un gros enfoiré, ce mot, tout de même. Phonétiquement, envie dit d’être en-vie. Ce mot, quand je l’entends, m’évoque quelque chose de vivant, de joyeux, une envie de vivre, quoi… Et bien, pas du tout, la première acception du dico d’Alain Rey (Robert) nous apprend que c’est une latinisation de enveie « haine », que c’est regarder d’un oeil malveillant, vouloir du mal, et puis surtout que c’est un des péchés capitaux, l’envie.  Hélas, dans ce même dico,  l’appétence, l’inclination, le désir, la fringale… ne viennent qu’en dernières acceptions. Mourir d’envie est une expression bien connue. Je  (me) meurs d’envie de vivre. Ah… comme la langue française peut être comique.  Doublement même, puisque cela peut vouloir aussi dire que j’ai la haine de vivre, si je me réfère à l’étymologie.  Mais je ne retiens que la folle envie, je suis envieuse, comme je suis rieuse.  N’est-on pas envieux de ce que l’on a pas, en général ?

crédit image : Pierre Bettencourt.

⇒ Retour Accueil


 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Alexis dit :

    Merci pour ces nouvelles, Anne. Comme vous le savez, je suis de tout coeur avec vous. Je reste persuadé qu’il peut être une bonne idée de se tourner vers certaines thérapies naturelles et alternatives, n’hésitez pas si vous souhaitez en rediscuter.

    Sinon, je ne peux que vous encourager à conserver toutes vos forces, vos joies, vos désirs, en vous concentrant sur l’instant présent.

    N’hésitez pas si je peux vous aider d’une façon ou d’une autre.

    Bises à vous,

    Alexis (nom d’auteur T…. K… )

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s