En attendant d’être grande , de Théo Kosma

9781310572005_w385Théo Kosma, j’en avais déjà parlé sur ce blog à propos de son roman  érotique   Deux soeurs , ainsi que celui intitulé  En attendant d’être grande . 

Ce dernier texte, réellement pétillant,  relate l’éveil à la sensualité et la sexualité dune fillette. Vous pouvez relire ma chronique,  mais le roman  a été considérablement enrichi depuis et il  est désormais publié en plusieurs tomes dont  Théo Kosma donne des extraits sur son nouveau  blog Plumes interdites. 

Ce post n’est  vraiment pas du copinage,  ce serait mal me connaître.  Nous échangeons avec cet auteur par mails depuis de longs mois.   Si je parle de lui, c’est parce que j’aime beaucoup son écriture et trouve un réel intérêt aux thèmes qu’il aborde.  Je l’ai encouragé à poursuivre et à étoffer cette  histoire d’éveil enfantin  et l’ai accompagné de mon regard impliqué dans cette aventure de l’intimité.  Dans un contexte où tout ce qui touche au corps de l’enfant est diabolisé, interdit, et  alors que nous sommes susceptibles de nous voir dénoncés pour attentat à l’innocence dès lors qu’on évoque l’intimité des enfants,  il est fort utile de donner de la visibilité à de tels textes qui rappellent à tous et à toutes que leur corps est aussi autonome, tout comme leur esprit, qu’il ressent des désirs et de la curiosité et qu’il est normal que l’enfant  explore tout cela, sans brimade.

Dans le roman de Théo Kosma, la fillette raconte tout ce qu’elle vit, ressent, voit, expérimente à mesure qu’elle grandit.  C’est d’une justesse remarquable, et le regard qu’elle porte sur les adultes, ses parents, est drôle et plein de bon sens.

Je ne trouve rien de plus triste d’entendre  des pères  dire renoncer à embrasser leurs  enfants,  à leur donner leurs bains, à les savonner,  à les caresser ou à  les masser, de peur d’être accusés de pédophilie, surtout lorsqu’ils sont séparés de la mère qui parfois est tentée d’user de cette vile accusation pour tenter de faire annuler le partage de la  garde.  Ce n’est pas parce que certains malades martyrisent l’enfance qu’elle doit devenir un sujet tabou.  Alors j’ai envie de vous dire… lisez En attendant d’être grande,  (auto-édité, format numérique) histoire  de vous oxygéner l’esprit avec de belles choses, de sourire de cette enfant qui interroge son corps et celui des autres, elle  va  vous rappeler vos tendres années…


 ⇒ Retour Accueil et autres chroniques


 

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.