Le Monte Cristo au Havre, un nouveau bar dédié aux arts

Changer de vie ?

Est-il  bien raisonnable à 50 ans de tout bazarder, emploi, confort pour tenter de réaliser un rêve en conciliant travail et passion ? Certainement pas,   vu la conjoncture  il faut être tombée sur la tête, mais la perspective d’une vingtaine d’années à  encore bosser dans l’ennui, le dégoût et la déprime a décidé Sophie Debeusscher à sauter le pas. Capture 2Passionnée d’art, de peinture, de photo,  elle  rêvait de vivre dans un lieu lui permettant de gagner sa vie dans un environnement  convivial  propice aux rencontres  artistiques.  Elle a osé. Elle vient donc de démissionner de son travail  pour reprendre au Havre, sur le quai de Southampton, au numéro 4 à l’angle de la rue de Paris,  face au port,  un  ancien bar de nuit, pour en faire un bar de jour, Le Monte Cristo, l’Orange , dédié aux arts.

Pourquoi  en parler sur ce blog ? Pour plusieurs raisons. Il n’y a rien de plus intime que les rêves et les passions. Rien de plus érotique que le désir, l’audace  et l’inconnu. Rien de plus nourrissant que l’art. Et pour ne rien vous cacher,  Sophie Debeusscher est ma sœur. Sœur de sang, sœur de cœur surtout,  je l’invite sur mon espace pour vous parler de sa joie d’avoir osé. Si vous vivez non loin du Havre ou si vous y passez, allez  boire un verre ou un café au Monte Cristo, une façon de soutenir et d’encourager celle qui contre vents et marées veut vivre au plus proche de sa passion et si vous dites à Sophie  que vous venez de ma part, elle vous offrira, en plus de son sourire et de sa joie de vivre,  un de mes livres, histoire de donner du sens aux liens tissés sur internet, parfois si impersonnels.Copie de 29mars 2015 013 Pour tenter de comprendre comment on franchit le pas, comment on surmonte la peur des lendemains, j’ai soumis la frangine à la question. Pour comprendre sa ténacité  de petite chèvre, vous devez savoir auparavant que Sophie, à 50 ans était aussi étudiante tout en bossant,  elle a réussi en parallèle, en  trois ans sans redoubler, une licence d’Arts Plastique à  la Sorbonne. Puis a été acceptée en Master  mention Esthétique tout en se trouvant confrontée aux problèmes  économiques de sa boîte. Cette réussite estudiantine en pleine maturité avec des semaines de 60 heures de boulot + étude l’a convaincue que l’on peut tout faire pour peu que le désir soit là.

.

Sophie, quel est l’élément déclencheur qui t’a permis de franchir le pas et changer totalement de cap à cet instant de ta vie ?

Je planchais sur un devoir pour valider mon Master  d’Arts plastique spécialité  Esthétique. La veille, j’apprenais que ma boîte pour laquelle je me démenais encore réduisait mon prime  suite à des coupes budgétaires.  J’avais l’impression que mon espace créatif diminuait,  mon espace professionnel quant à lui devenait de plus en plus pesant et de moins en moins rémunérateur .  Je me suis dis que j’avais encore assez d’énergie pour mener à bien un travail me permettant de prolonger ma passion pour l’art. C’était maintenant ou jamais : je décidai donc de changer de vie,  j’aime le contact, les rencontres, j’allais ouvrir un bar avec un espace exposition d’art. Parfois les choses semblent simples…

Ton mari est photographe, ton envie de changer de métier est-il un projet de vie que vous aviez ensemble ?

Oui, nous rêvions tous les deux de changer de cap, de région. Nous avons la même vision de l’existence. Il faut savoir se mettre en mouvement, sinon on crève, morts-vivants.

Copie de 29mars 2015 004Pourquoi un bar ?

Le bar est un lieu important ; une transition entre le monde extérieur et le monde intérieur, le public et le privé , l’individuel et le collectif. C’est aussi un espace de rencontre, d’observation, de partage de bruits et d’utopies. Le bar reste une possibilité d’ ouverture sur un ailleurs, c’est une forme d’art de vivre, non ?   Alors ouvrir un bar dédié à l’art c’est un peu expérimenter et concilier  gagne-pain et passion. Je souhaite exposer des artistes, des écrivains, qu’ils puissent parler de leur travail, donner des lectures…ce genre de choses. Les envies ne manquent pas, il me reste à faire venir les gens, je ne suis pas du Havre et n’ai pas les moyens financiers pour une communication d’ouverture choc, donc ça sera doucement mais sûrement, avec le bouche à oreille j’espère.

  • Le Havre n’est pas réputée comme étant une station balnéaire baignée de soleil…. Pourquoi as-tu choisi le Havre ?

C’est l’archictecture d’Auguste Perret .qui nous a conduits au Havre. Nous sommes descendus un mois de février 2013 à l’Hôtel Oscar. Notre Copie de 29mars 2015 001chambre donnait sur le Volcan qui était encore en rénovation . Le Havre a été un coup de foudre : la couleur du ciel,  la lumière changeante, le vent, les bassins, la mer, l’église st Joseph. La gentillesse des havrais. Nous ne pensions pas y vivre un jour ! Nous cherchions plutôt un local  à Cherbourg (où nous avons vécu) mais sur la route du retour nous sommes passés  par là, quelque chose nous y a attirés, va savoir quoi !  Nous y sommes retournés, nous avons trouvé le Monte Cristo qui était à vendre : un coup de cœur pour la vue sur le port et le quartier. Nous avons appris par la suite que le quai Southampton allait être rénové. Nous adorons cette région côtière, les bateaux en partance, ceux qui arrivent, on ne peut pas se scléroser…

  • Ouvrir un commerce, est-ce le parcours du combattant ?

Oui, quand-même !  C’est vrai, rien n’est facile et l’addition monte vite pour la moindre chose, créer une ambiance même simple a un coût. Les démarches administratives, les délais qui se chevauchent ou ne s’accordent pas entre les divers prestataires. Mais on y arrive et puis on oublie les difficultés !!

  • Mais comment fait-on pour changer de métier comme ça ? sur quoi mise-t-on ?

Copie de 29mars 2015 005En fait il ne faut pas trop réfléchir, ou plutôt avoir très longtemps rêver de changer de vie et puis un beau matin ça semble une évidence : c’est possible !  C’est possible parce que ne rien changer devient impossible . Alors on déploie une stratégie ; et ça fonctionne, les porte s’ouvrent, la tête tourne mais se maintient. On quitte le connu, la sécurité du salaire qui tombe régulièrement pour l’inconnu. Mais on a fait le choix, alors on avance.

  • Tu viens de terminer, en plus de ton job, une licence d’art, raconte ce parcours et dis-nous si cela a pesé dans ta décision de changer de vie

 J’ai en effet obtenu ma licence en Art Plastique à la Sorbonne via le Cned. Cela a été une expérience fabuleuse : j’ai enfin osé laisser parler mon amour pour l’art. J’ai appris à dépasser mes peurs de ne pas y arriver. J’ai rencontré des gens formidables animés par cette même passion pour la création.  Alors oui, cette licence a pesé sur ma décision. Elle l’a même  motivée en fait, car mon boulot de planificatrice dans un centre d’appel ne me satisfaisait plus. J’ai eu envie de continuer à ouvrir des portes, c’est grisant…

  • Que veux tu faire de ce bar, quelle atmosphère veux-tu créer ?Copie de 29mars 2015 003

Je viens juste d’ouvrir, ça fait à peine 15 jours. Ma seule ambition  est de parvenir à faire de cet espace un lieu où l’on se sente bien. Après pour l’ambiance, je vais improviser avec ma clientèle, c’est aussi à elle de s’approprier cet espace pour ensemble en faire un lieu de vie, de passage et de rencontre.  On peut se garer juste devant le Monte Cristo, en face c’est la mer, le large… quand on descend de sa voiture on fait une escale. J’aimerais que mes clients viennent s’y réchauffer l’âme, autour d »un verre de vin, d’une bière, d’une orange pressée, d’un simple café, d’un grignotage entre amis ou même seul, papoter, refaire le monde,  regarder les œuvres exposées, me parler de leurs rêves,  pourquoi pas bouquiner, travailler au calme sur son ordi …   Oui, c’est ça , faire de ce café un lien entre l’intime et le social, le dedans et le dehors, c’est comme ça qu’on fait vivre les cœurs de ville, les gens doivent sortir pour respirer, pour  faire vivre leur ville, pour se rencontrer sinon  les villes et les gens  crèvent. Je rencontre déjà des gens formidables, drôles, singuliers… j’adore ça. J’attends aussi des artistes, photos, peintures, dessins, il sera possible d’accrocher leurs œuvres.  Et puis j’ai déjà des habitués, c’est bon signe non ?  __________________________________

Capture 22Actuellement, au Monte Cristo L’orange,

Jacques Debeusscher, inaugure l’espace expo avec une série de photos « Polarisation »,  visible jusqu’au 1er mai. pola fiche de l’artiste

Jacques Debeusscher est né en 1948. Etudes de photographie à Bruxelles de 1969 à 1971 (InRaCi): validées par un mémoire sur la photomicrographie en lumière polarisée.

Photographe auprès de la Télévision Scolaire du Niger de 1971 à 1975, en agence de publicité (Paris-Athènes), en archéologie en Iran de 1977 à 1978, animateur culturel à l’étranger de 1979 à 1988 (Asie, Maroc).

Membre fondateur de l’Association du Château de Réville (Manche), pour la promotion de la peinture, sculpture, photographie, de l’art musical en Nord Cotentin. Expositions chaque année de 1990 à 1997.scan96

Photographe en milieu nucléaire de 1989 à 1996 (France).

Webmaster grande distribution de 1999 à 2009

Pratique la prise de vue microscopique en lumière polarisée dans un but de recherche graphique. Procédé adapté ensuite à taille réelle pour réaliser des créations graphiques.

Actuellement son axe de travail est orienté vers les séries, le graphisme en architecture,le végétal, la représentation répétitive en signalétique, et la répétitivité en art street.

_

_________________________________________________________________

Le Monte Cristo L’orange,  

4 quai southampton – 2 rue de Paris,

LE HAVRE

 Contact : Sophie Debeusscher Bert Tel 09 66 92 91 52

_________________________________________

Actualisation le 11/06/2015  → Expo SJ Encres et Acrylique


→ Retour Page d’Accueil et chroniques


votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s