Le Nu au transept, de Claude Louis-Combet

image1Je vous ai précédemment présenté  le croustillant et audacieux Suzanne et les croûtons  de Claude Louis-Combet.  D’un ton totalement différent vient de paraître du même auteur Le nu au transept, un texte  délicieux et  sensuel qu’on ne veut plus lâcher tellement tout y est beau et mystérieux ( et Dieu seul  sait  combien le mystère fait défaut aujourd’hui , cette époque de transparence et d’analyse forcenées).

Au soir de sa vie, alors qu’ils admirent ensemble  La Baigneuse à la source  de Courbet, le vieux prêtre Joseph  raconte à son ami comment l’image de la nudité a troublé son âme lorsqu’il se préparait à formuler ses vœux.

Jeune séminariste alsacien tout habité de son Dieu, il pénètre  un soir dans la cathédrale de Bourges pour s’y recueillir   et se perd dans la contemplation  bienheureuse de l’architecture gothique comme il aime le faire souvent.  A sa sortie il entrevoit une femme entièrement nue qui se faufile dans les ruelles désertes. Cette nudité va le hanter, il va l’apercevoir à nouveau  dans la cathédrale, évanescente, ici et là, il la fuit et la recherche, s’interroge sur ce que ces apparitions féminines suscitent en lui.  Imaginaire ou réalité ?  Que doit l’âme à la chair ?   Mère originelle ou putain débauchée ? Le futur prêtre  chemine vers la  Femme sans jamais la rencontrer. Ce voyage intérieur le bouscule, le fait douter alors qu’il ne cesse de vouloir affirmer sa vocation de prêtrise.

 © Yves Verbièse
© Yves Verbièse

Ce récit est un  petit bijou où tout n’est qu’ordre fiévreux et affolement voluptueux : la  langue épurée,  la sensualité minérale du lieu, l’atmosphère mystique et charnelle,  la pudeur dans l’élan qui n’élude pourtant rien  du désir, la foi ébranlée qui pourtant s’exalte,  les étonnantes et fantastiques  images en noir et blanc d’Yves Verbièse qui illustrent les visions et le trouble de Joseph, tout y est sublime.

Et même si le  mot est tant appauvri par l’usage, j’ose affirmer  que ce texte est absolument érotique.

Claude Louis-Combet, Le nu au transept,  Photos d’Yves Verbièse, L’Atelier Contemporain, novembre 2014, 92 pages, 15 euros.