Le goût de la vie commune de Claude Habib

le-gout-de-la-vie-commune-claude-habib-9782081332720

Le titre est joli et on a envie d’y croire, à la force et à la joie de la vie à deux ….

Fort heureusement, l’auteure admet dès le départ qu’elle ne voit aucune raison de vivre à contrecœur. Quand l’amour a rendu l’âme, pourquoi rester ? Quitter peut donner un merveilleux élan vers les autres et vers la vie.

Pourtant Claude Habib met un bémol à cet élan vers d’autres cieux plus réjouissants : l’ennui n’est pas une raison de rompre.

L’essayiste veut nous démontrer que l’ennui à deux n’est ni triste  ni mauvais, mais une espèce d’indolence féconde, chose que la société combat à tout prix : il faut occuper son cœur, son esprit, son  corps, même de choses vaines et inutiles mais surtout ne pas laisser le vide s’installer, ce vide qui nous semble sidéral parce qu’il nous laisse face à nous-même et que nous restons désemparés, désœuvrés, nous demandant comment tuer ce temps gris à côté d’un homme ou d’une femme à qui on n’a plus rien à dire, avec qui on n’a plus vraiment envie de faire des choses.   Remplir son temps ou  tuer le temps est l’alternative  contemporaine de la vie commune amoureuse.

Mais cet essai est très curieux parce qu’il développe des arguments auxquels on peut  facilement souscrire tout en étant très vite agacé par des formulations qui fleurent le retour aux valeurs du foyer…  par exemple Claude Habib, parlant de l’autonomie affective et économique des femmes   : [...Il en va de même de l’autonomie affective. Celle-ci ne vise qu’à la dissolution de la famille, puisqu’elle présente les liens comme superflus, voire nuisibles. Les liens familiaux dont la femme se charge l’entravent, ils menacent de l’étouffer. Vouloir être amante, être épouse, être mère, c’est faire fausse route. L’autonomie vaut mieux que de tels liens. Il faut désapprendre à vivre pour autrui, et apprendre enfin à s’occuper de soi, tel est le message. Il est sinistre. Il faut vraiment s’aveugler pour croire que le self help vaut mieux que l’amour des autres.]…

 Cette vision de l’existence est trop manichéenne pour moi. Surtout quand je lis plus loin […la formation de liens maternels ou  conjugaux est un ajout au monde ; l’absence de liens, quand à elle, n’ajoute rien. C’est une piperie moderne de faire passer ce rien pour quelque chose…]  …or,  je ne pense pas que la complexité de l’intime des hommes et des femmes se résume à ce supposé choix de liens affectifs…

Bien sûr on peut admettre que les injonctions médiatiques à s’affranchir de toute contrainte pour faire moderne est un leurre et discuter de l’intérêt à se recentrer sur le sens des choses, mais à mesure de ma lecture, j’ai l’impression que Claude Habib en profite pour faire passer des messages idéologiques qui dépassent le simple éloge de l’ennui amoureux, d’autant plus qu’il ne s’agit dans son livre que du rôle ou de la posture de la femme et jamais de l’homme et c’est bien dommage car l’essai  est intelligemment construit.

Quant au passage  sur  les violences conjugales, il  me parait pour le moins spécieux : ce nest pas la domination masculine qui en serait à l’origine mais tout autant  la déception…

Voilà ce que je reproche à cet essai  conjugaliste, il ne tient pas sa promesse, au lieu justement d’explorer le passionnant jeu de la vie à deux, avec ses codes, ses connivences, ses plaisirs de partage de silences et autres trésors précieux (que Claude Habib ne  fait qu’évoquer en fin d’ouvrage)  il désigne avant tout à la femme…. sa place.

Ce qui fait ma déception :  j’espérais un essai réjouissant à rebrousse-poils alors qu’ il me parait moralisateur et ne prend pas les chemins de traverse. J’aurais trouvé très moderne de ne pas opposer des stéréotypes, une vision classique à une vision dans l’air du temps, mais de réinventer un mode  de fonctionnement amoureux en redonnant à l’ennui  ses attraits : un espace de  réflexion, de méditation, de contemplation et d’imaginaire partagé.

 

Claude Habib – Le goût de la vie commune – Flammarion – mars 2014 – 169 pages – 12 euros

 

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. En somme, un essai publié aux éditions Manif Pour Tous… Cela ne m’étonne pas de la part de cette autrice, au vu de ma lecture de son dernier roman d’avril dernier https://femmesdelettres.wordpress.com/2016/08/14/claude-habib-deux-ou-trois-nouvelles-du-diable-avril-2016/

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s