La belle image de Arnaud Rykner, la colère en marche

Capture

En exergue de ce roman, un extrait d’un texte  de Stig Dagerman dont ceci :

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

La Belle image est un roman rédigé sous forme d’échanges épistolaires entre un détenu libéré et son correspondant. Je vous invite à lire →  sur le Salon Littéraire ma chronique sur ce très beau texte qui dit l’indicible de ce qui nous nous ronge parfois, révoltes qui ne dépassent jamais notre prison intérieure.

L’auteur nous parle ici, précisément, du non avenir des prisonniers libérés, et en écho, de la révolte d’un autre  homme qui assiste à ce désastre et qui  ne veut plus faire semblant d’accepter cette destruction des hommes qui ont soldé leur dette. Plus qu’un livre sur les conditions de vie des détenus libérés et sur le non respect de l’aide à la réinsertion,  ce livre questionne notre propension à  tous, spectateurs de ces mascarades de justice ou de toute autre cause injuste à  tout accepter en nous dédouanant par une simple indignation de bon aloi.

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s