La prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs

prairie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Théatre de La Fronde jouera pour vous La Prairie Parfumée où s’ébattent les plaisirs,   spectacle-conférence éroticomique  mis en scène par Didier Carrier d’après l’ouvrage éponyme de Mouhammed al-Nafziwi :

 du 22 octobre au 8 novembre au Café Picolo à Saint-Ouen (à 5 minutes du métro  Porte de Clignancourt)

518CWS1B8XL._Tous les férus de littérature érotique seront forcément intéressés par cette mise en scène d’un classique de l’érotisme arabe, dont la 4ème de couverture des éditions Phébus dit ceci : […On y trouve, dans un heureux désordre, des considérations inspirées sur l’art de  » conjoindre  » (et d’en tirer plaisir), sur les mets qui incitent à l’amour en fortifiant l’ardeur des combattants, sur la perfidie des femmes, sur la présomption (ou l’indéfendable maladresse) des hommes… Et enfin – et surtout – des contes qui enchanteront tous ceux qui ont goûté, ne serait-ce qu’une fois, la saveur unique des récits érotiques arabes, et qui en ont apprécié les incomparables vertus : liberté de ton inconnue en Occident, splendeur des images charnelles, vision résolument déculpabilisée de l’amour sous toutes ses formes.] Ce livre est donc un traité d’érotologie où tout ce qui concerne l’acte sexuel est répertorié.

Mouhammed Ben Omar, écrivain érotique arabe, serait né dans la région du Nefzaoua située dans le sud de l’actuelle Tunisie. Aux alentours de l’année 1420, il rédige à la demande du souverain hafside de Tunis,  cette  Prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs pour la récréation de l’âme plus communément appelée La Prairie parfumée. IL n’éprouve aucune honte à enseigner aux jeunes comment doit être pratiqué le sexe.

Ce spectacle  ébranlera  sûrement pas mal d’idées reçues sur la sexualité et l’érotisme dans l’islam, en mettant en lumière la place que cette culture orientale donne au plaisir partagé et à l’égalité homme femme dans la relation amoureuse et sexuelle.
Présenté sous forme d’une conférence, le duo burlesque Bénédicte Bosc et Stefan Godin, dévoile avec humour et poésie, l’incroyable modernité de ce Kamasutra oriental, un des textes les plus mythiques en ce domaine.

L’histoire :

Un érudit oriental et austère accompagné de son assistante
candide en apparence, développe devant son auditoire les
avantages et les inconvénients qui existent dans la « conjonction»,
autrement dit : les rapports sexuels.

Parfois dogmatique, parfois passionné, souvent drôle et ridicule, le savant décrit « ceux » et « celles » qui sont « dignes d’éloges » ou  «blâmés » en ce domaine, élabore une liste des différents noms donnés aux « huis » des femmes et aux « instruments » des hommes ainsi que les diverses positions existantes. D’abord attentive et discrète, son assistante par son humour et ses réactions soulève les défauts de ces théories parfois simplistes et essentiellement masculines.

Voici ce qu’en dit le metteur en scène :

prairie 2

______________________________________

→ Pour poursuivre le sujet de l’érotisme et du corps dans la culture arabe, ce billet que j’avais rédigé sur l‘expo du Corps découvert  que j’avais été voir à l’Institut du Monde Arabe en mai 2012.

___________________________________________________

Théâtre du Picolo

58, rue Jules-Vallès 93400 Saint-Ouen
  Porte de Clignancourt – Ligne 4

Du 22 au 25 octobre 2013 – 20h30

Du 29 octobre au 1 novembre 2013 – 20h30

Du au 8 novembre 2013 – 20h30

Prix : 12 €

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s