Erotica Universalis, le sexe de Pompéi à Picasso

cover_ko_erotica_universalis_25_0809091542_id_171060Réjouissant ! Voilà bien le mot qui qualifie Erotica Universalis,  un  lourd bouquin (515 pages) de  petit format,  publié aux éditions Taschen,  acheté cette semaine à Paris et lu dans le TGV. Petite précision pour dire qu’à l’ère du ni vu ni connu je lis sur  tablette des livres honteux,  je résiste  à la  facilité  en trimbalant dans le train, en plus de mes bagages, un livre de 1 kilo 236 grammes de cochonneries illustrées.

Gilles Néret, son auteur, nous délivre cinq cents pages de joie érotique de Pompéï à Picasso. Si certaines images sont  parfois déjà vues ici ou là, la plupart sont de vraies découvertes. Des peintures, illustrations, dessins, comic strip …retracent l’histoire de l’humanité, la grande histoire, la fameuse, celle du sexe, de l’amour, celle… du cul, il faut bien le dire, la seule histoire qui vaille. Des  artistes anonymes mais aussi des peintres,  fameux coquins comme Rembrant, Michel Ange, Dali, Picasso, Boucher, Carracci, Borel, Rops etc….nous donnent leur version du désir, sans taboue, drôle, insolente, crue, pornographique, scabreuse,  misant parfois tout sur les détails du tableau ou du dessin, et l’on tourne les pages le sourire aux lèvres, l’âme ravie, parfois les sens émoustillés. Certaines sont  des satires , heureux temps où l’on pouvait s’en donner à cœur joie, même sous le manteau.

Tout amateur d’arts érotiques devrait avoir cet ouvrage à son chevet,  peu onéreux d’ailleurs (9,99 euros) ou l’offrir à ses amis… bien pensants, forcément.

Piochées au hasard, voici un diaporama de quelques images pas sages qui rappelleront  à ceux qui en ont besoin, que bien avant 50 Nuances et les sex-toys ,  le sexe occupait les esprits et ..les corps, et que l’imagination d’alors était bien plus fertile, surtout !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Erotica Universalis De Gilles Néret, édition Taschen, 515 pages, 9.99 euros

Textes en anglais, allemand et français.

→ lien vers un article sur l’Eros à Pompéi

→ Retour Accueil et autres chroniques

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Girod André dit :

    lire  » Le Prédateur », le livre érotique de 2014 d’André Girod

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s