L’érotisme et la littérature amoureuse des femmes

Hopper
Hopper

 L’Association Humanitaire et Culturelle Pascale Néonta et Coordinations Femmes 17 ,  ont proposé  le 18 mars 2013 sur les ondes de RAFIO FM PONS  une table ronde sur l’érotisme et la littérature amoureuse des femmes, d’hier et d’aujourd’hui, à laquelle j’ai participé.

Bernard Tardy  a  choisi d’illustrer le thème avec Louise Labé, une des premières femmes au  16ème siècle à avoir osé dire le désir féminin. Quant à moi, j’ai été interrogée sur la façon dont la femme  aujourd’hui se positionne dans ce registre littéraire.

Dominique Cotta, présidente de Coordination Femmes 17 a mené le débat en compagnie de Estérina Carpenito.

Vous trouverez ci-dessous l’enregistrement de l’émission,  la première partie est consacrée à Louise Labé. S’il vous semble que cette femme lointaine  et le 16 ème siècle sont décidément bien … loin de nous, il serait dommage que vous loupiez ces trente premières minutes car Louise Labé  a été la première femme à avoir  écrit le désir et le plaisir en  encourageant les femmes à affirmer leurs capacités à être l’égale des hommes jusque dans l’alcôve.

Si les femmes se sentent encore audacieuses de nos jours en écrivant  dans ce registre et en retirent même une certaine fierté, elles sont bien loin de braver tous les interdits du 16ème siècle…Il faut bien admettre que nous écrivons dans nos petits conforts bourgeois de femmes quand même  pas mal libérées et ne risquons pas le bûcher. Juste l’indifférence ou le rejet des puritains.  Notre écriture doit plutôt se hisser par delà  les innombrables productions de textes et d’images de sexe si médiocres qui envahissent  notre quotidien. C’est tout de même un combat différent.

GEORGIA O'KEEFFE black iris
GEORGIA O’KEEFFE black iris

Et me revient en mémoire ce passage des Bleus à l’âme de Françoise Sagan :

[..Tous ces paquets,  ces tonnes de chair humaines jetées à la figure, bronzés, pâles, debout, assis, couchés, quel ennui ! Qu’ont-ils fait de la folie de la nuit, des mots chuchotés dans le noir, du secret, cet énorme secret de l’amour physique ?..]

Merci en tous cas à Bernard Tardy de prêter sa masculinité  humaniste à la cause des femmes…

  pour écouter :  →PAD- elles a pons 2013 03 18

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s