l’érotisme mal barré

Belloc
Belloc

Après avoir écouté les infos de 13 heures jeudi dernier, je me suis sentie bizarre.  On interviewait des petites dames excitées qui venaient de finir 50 Nuances et s’étaient précipitées dans un Love Shop  (ben, oui, faut plus dire Sex Shop, c’est pas vendeur) pour s’acheter des boules de geisha. Au micro, la fébrilité était perceptible, elles disaient qu’il était hors de question qu’elles attendent plus pour essayer ce jouet, que jamais elles n’auraient pensé  s’en servir, qu’elles trouvaient  même ça  un peu sale ,  mais que lecture aidant, ça leur semblait un must.  Vite, vite, disaient-elles, avides, au journaliste,  et  rien qu’à les entendre on imaginait la bave aux lèvres… je me suis demandée si elles allaient exiger de la  vendeuse ,qu’elle enlève l’étiquette pour pouvoir les mettre là  tout de suite.  Bon…Après tout, il n’y a pas de mal à ça et tant mieux si ces filles découvrent quelque chose qu’elles ignoraient,  ce n’est pas ce qui me gêne, mais ce qui me désespère   c’est que depuis que ce livre est sorti, on ne parle plus que de sexe et de gode même à midi dans le poste  …sans aucune dose d’érotisme. Des tonnes de godemichés se vendent à la chaîne,  des kilos de  menottes (en plumes, parait-il…) Bientôt on les trouvera sous blister en hypermarché. Les love-shop vont tuer les Sex-Shop un peu glauques . C’est bon  pourtant quand c’est glauque. 

Miss Van
Miss Van

j’ai envie de crier STOP ! L’érotisme ne survivra  ni  aux néons ni aux têtes de gondoles, rendez-lui son  intimité, son obscurité  et  sa mise au ban. Je préfère qu’on fasse la gueule à l’érotisme plutôt qu’on le fourgue dans le panier de la ménagère.

L’érotisme est instable, indéfinissable et   fragile.  Avec un parfum suave de transgression. Loin, très loin des idées normatives, des injonctions ou des modes.

Je suis désenchantée par le ramdam causé par 50 Nuances et l’hystérie collective qui en résulte.  Non pas par le livre lui-même (je m’en fiche , il en faut pour tous les goûts)   mais par l’utilisation qu’on en fait.  Un bien de consommation, avec ses produits dérivés, voilà à quoi est réduit l’érotisme depuis ces derniers mois.  Un marketing d’enfer et sa suite de valets vident le pauvre mot, érotisme , de toute sa substance trouble ;  et alors que je devrais me réjouir qu’on en parle enfin, je me désespère du parfum de scandale et du clair obscur perdus à jamais dans les tête de gondole…La banalisation finalement sied très mal à l’érotisme.

Rotenberg
Rotenberg

 

Et il va me falloir réinventer autre chose,  un autre mot, un autre univers,  pour pouvoir retrouver le plaisir des choses indicibles,  immettables dans un caddie.

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Les sextoys sous blister en supermarché ça existe déjà, juste pour info 😉

  2. L’érotisme siège davantage dans l’utilisation que l’on fait des accessoires que dans les accessoires eux-mêmes. Ils semblent que ces ustensiles servent en l’occurrence davantage de prothèses venant soulager un peu une terrible carence en la matière. J’imagine ces bonnes femmes passant l’aspirateur équipées de leurs boules de geisha. Est-ce là l’érotisme ? Pour moi, l’érotisme est un jeu, un échange, une complicité qui se fait (au minimum) à deux (même si le second peut parfois n’être que fantasmé !). Je pense que nombreuses sont les femmes à se précipiter dans les boutiques pour acheter le dernier truc à la mode ; beaucoup moins, malheureusement, celles qui repoussent les limites pour intégrer ces articles à leur sexualité de couple afin d’en faire… de l’érotisme.

  3. filimages dit :

    Serait-ce cette fameuse « libération sexuelle » tant souhaitée ?…
    Il faudrait effectivement faire attention à ne pas tomber dans l’excès inverse…

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s