Les Sexcentriques de Lionel Parrini

sexcentriquesPièce de théâtre érotique.

Lionel Parrini  est  dramaturge et metteur en scène,  il écrit et travaille pour le théâtre et le spectacle vivant et s’essaie à d’autres genres comme la poésie ou le scénario.    Il faut donc lire  SEXCENTRIQUE  non pas comme un livre mais comme un texte écrit pour être mis en scène.  Une main grande ouverte prompte à saisir la vie à bras le corps,  l’autre resserrée sur son  stylo, l’auteur  explique sur son site  internet , que c’est ainsi qu’il  tente de saisir  les contours d’une réalité souvent  mouvante.

Cet opuscule est un  recueil de monologues d’une parité parfaite :   12 hommes et 12 femmes  ordinaires racontent  des bribes  de leur vie intime et  parlent de sexe sans complexe.

Ces monologues  n’ont  pas la prétention de  revendiquer, ne veulent rien  prouver, rien justifier, rien conclure. C’est un langage du ventre.  Ce ne sont pas des nouvelles ( n’oublions pas que  nous sommes au théâtre )  mais des confidences parfois très  brèves, des  instantanés qui croquent sur le vif  des tranches d’intimité, des réflexions in petto, des fantasmes, des expériences de sexe, autant de variations sur le désir et  le plaisir,  certaines  moqueuses, doucereuses,  d’autres extravagantes, drôles, voire saugrenues, sensuelles ou crues mais  toutes  sonnent un air d’authenticité.  Mine de rien,  très naturellement et  sans provocation, ces hommes et ces femmes  parlent  de sexe comme on parle de la météo,   donnent libre court à leur envie de dire  précisément comment ils se donnent ou cherchent  du plaisir en se fichant bien du qu’en dira-t-on.  Que les  pratiques  de ces personnages  soient singulières et empruntent des chemins de traverse ou qu’elles  soient ordinaires, leur délectation à dire  met en joie, une joie simple et reposante qui ressemble à celle toute bête de  se sentir exister sans chercher le pourquoi du comment.

Ce qui me plaît dans ces textes, c’est le parti pris de ne pas essayer de faire joli, l’écriture brute transcrit très bien  la façon dont on pense au sexe au quotidien. Certains monologues sont savoureux, bien rythmés,  c’est la plume de l’homme de théâtre… et  on se surprend d’ailleurs à adopter une lecture presque audible pour battre le tempo du phrasé.  L’indication des silences et des pauses, indispensables en écriture théâtrale,  donne  carrément envie de passer à la lecture à voix haute. D’autres monologues, du coup, auraient mérités d’être plus épurés, quitte à écourter,  voire ne pas terminer des phrases.   Comme ces textes sont faits pour être joués , pour aller au-delà de leur lecture à plat,   il faut absolument visionner ces  quelques mises en bouche mises en scène par l’auteur, avec des comédiens différents.

Enfin, je vous lis (avec son autorisation)  trois monologues, celui d’un homme, Trousse-queue, (bien que ce soit dommage que ce monologue soit lu par une femme et deux de femmes  Ruine babines et Sans culotte. Vous trouverez  les liens MP3 de mes lectures après les vidéos.

La publication de l’intégral  de SEXCENTRIQUES est disponible en format numérique  (3 euros) ou  en pdf (gratuit  à l’instant où je rédige ce billet) sur le site de Lionel Parrini .





Lecture de Trousse-queue trousse-queue
Lecture de Sans-culotte  sans-culotte
Lecture de Ruine-babines  ruines-babine

3 commentaires Ajoutez le vôtre

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s