balade aux Lapidiales, à Port d’Envaux (Charente Maritime)

  les Lapidiales sont nées d’un esprit déraisonnable.

Voilà bien pourquoi le raisonnable est nuisible, il nuit souvent à la vie et bien sûr  à la création.  Sans cette folie à laquelle il a fallu croire et donner quelque crédit, Les Lapidiales n’auraient jamais vu le jour, la pierre blanche serait restée muette sous la lumière saintongeaise.   Parce que oui,   la création, l’imaginaire doivent être animés par la déraison, l’ingrédient de première nécessité pour engendrer l’enchantement, la générosité,   la joie de vivre .

« Les principes fondamentaux qui ont sous-tendu notre démarche ont montré, au fil du temps, qu’ils étaient les principaux artisans de la réussite de notre utopie réaliste. » affirme Alain Tenenbaum, le fondateur du site, l’homme chez qui germent de si belles idées.

Vous pouvez lire le →billet  que j ‘avais rédigé en 2009    sur ce site de sculptures à ciel ouvert, où des artistes de tout pays  viennent en résidence travailler et transmettre un patrimoine vivant et peut-être  éphémère. Le don de la création  et du  travail de l’artiste (de l’artisan ai-je envie d’écrire)   loin de toute estimation marchande, de toute cotation,  est une immense bouffée d’oxygène et d’humilité. Il s’agit aussi d’apprentissage , ce si joli mot que l’on bafoue à coups d’échecs scolaires et
de voie de garage a encore un sens.  Apprentissage  mutuel, pour ceux qui créent et ceux qui regardent.  Apprentissage ne signifie pas incompétence mais au contraire  énergie,  travail créatif, gestuelle, réflexion, partage, humilité, don mais aussi savoir recevoir.

Lorsque   les promeneurs déambulent sur le parcours des Lapidales , en pleine nature, entre grottes, falaises  et arbres,  il se passe quelque chose, un dialogue se crée avec la pierre et les artistes , même absents. Les oeuvres parfois monumentales nous rentrent dedans.  On ne reste jamais au rebord de la sculpture, la lumière de l’instant selon l’heure et l’ensoleillement, les odeurs végétales, l’humidité, la sécheresse, le vent, la fraîcheur ou la chaleur s’invitent à la conversation.   Visiter les Lapidales plusieurs fois, c’est chaque fois les découvrir.

Si vos vacances vous emmènent non loin de la Saintonge, faites le détour, vous serez étonné. Et l’étonnement est un bienfait sans pareil pour colorer le quotidien. Cette saison 2012   il y a du changement , je ne vais pas paraphraser ce qui se dit sur cette évolution  sur leur site, c’est  ici , d’autant plus que je n’y suis pas allée depuis cet automne, j’attends donc un début de soirée lumineuse de juin ou juillet pour m’y rendre, c’est selon moi la meilleure heure, quand le soleil décline.

Après la balade, à 1km du site, au village, vous pourrez boire un petit verre de rosé au bord de la Charente…

ah ! j’oubliais …les oeuvres sont visibles gracieusement…à n’importe quelle heure de la journée, toute l’année.

Cliquez sur les photos pour les avoir en plein écran. Ma préférée, celle qui me fascine, c’est la dernière à gauche, cette main et ce visage emmurés…ce que nous sommes tous, peu ou prou…

Un commentaire Ajoutez le vôtre

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s