le corps du philosophe

[…..Si l’on entend par philosophie une image du monde, l’élaboration d’une signification du monde, il faut bien reconnaître  qu’à chaque fois quelque chose  vient dépasser, excéder les bords de cette représentation. Ce quelque chose, c’est la pensée. Penser, c’est se porter aux extrémités de la signification. La signification arrête toujours quelque chose, alors que la pensée ouvre  les possibilités du sens. La peinture est une pensée……

……Le corps est intervenu de manière très significative. Le grand modèle de la pensée qui nous portait jusque-là, parfois de manière somnambulique, reposait sur une sorte de déni du corps. Dans cette vision de l’humanité tendue vers un but, les corps de ceux qui se sont engagés sur la route n’ont finalement  pas beaucoup d’importance. Le corps du militant s’efface devant la cause………….

…..Le corps est un lieu. je suis partout où est mon corps. Mon corps est dans mes écrits. Une écriture, une pensée, c’est un corps. L’intérieur du corps n’existe pas; il n’y a rien à y voir, rien à y chercher. Le  corps est un dehors…..]

Extrait de l’interview de Jean-Luc Nancy par Juliette Cerf dans la revue  Télérama  du 14 au 20 juillet 2012.

____________________________________________________________________

____________________________________________________________________

Très bel interview de Jean-Luc Nancy  et film intéressant,  qui confortent ce que j’ai toujours cru et intégré à mon écriture : la  seule signification des mots, des choses  est  un empêchement à la compréhension et à la liberté,  la pensée doit explorer au-delà de ce que bornent la définition et la signification.  Et toujours en intégrant son corps, parce que nous sommes avant tout ce corps…

D’ailleurs, Perle, dans mon roman publié aux éditions Hors Collection,  ne cesse de remarquer que la signification des  mots  et des choses emprisonne  et entrave le champ des possibles.

NB : vous pouvez visionner le film « le corps du philosophe »  dans son intégralité sur le site  films et documentaires.com

Jean-Luc Nancy s’intéresse également beaucoup  à l’art, dessin, peinture, cinéma….

Quelques ouvrages du philosophe  :  L’intrus ‘Galillée- 2000) ;   Le poids d’une pensée (La Phocide, 2008)  ;  Le plaisir au dessin (Galillée, 2009 )