Toucher du bois

Le bois porte chance sinon bonheur, alors touchons donc du bois, c’est beaucoup plus enthousiasmant que de  jouer au loto.

A onze ans, j’étais alors en Belgique et  j’avais au programme de ma 6ème un atelier manuel au choix, travail du fer ou du bois. J’ai choisi le bois, et durant l’année, dans la délicieuse odeur de la sciure et  dans le bruit des outils qui ne cessaient de  se frotter  à la tendreté du bois,  j’ai scié, poncé, raboté, fabriqué. J’ai encore en mémoire cette atmosphère sensuelle, j’avais bien  décidé  illico d’ être ébéniste mais à peine éveillée aux métiers manuels, jamais plus ensuite à l’école on n’évoqua le champ des possibles de ces  métiers exécutés l’esprit vrillé au corps,   hélas derniers recours des cancres dans l’esprit des éducateurs….

Sur Arte , très récemment,  le thème du bois était à l’honneur dans l’émission du Blogueur. -(blog de l’émission)

Avant tout,  en préliminaire à cette histoire d’amour avec les arbres et le bois,  un petit film pour célébrer l’érotisme planqué sous les feuillages et les l’écorces.

….touchez, mais touchez donc,  respirez, vous-dis je….

 

là…vous êtes bien, non ?

Il n’y a jamais eu autant de forêts en Europe,  la moitié de son territoire est peuplée d’arbres,  vous pouvez aller vous y vautrer et contempler les limbes et les pétioles à l’envers sur un tapis de mousse, l’amour en forêt a quelque chose d’inachevé qui donne envie de recommencer.

Mais que sait-on de nos  bois et forêts ?

A cette étape du billet, soit je vous laisse aux effets du bois, des forêts et de la chlorophylle et suis heureuse de vous avoir mis dans de si jolies dispositions,  soit je vous invite à visionner l’émission « touchons du bois » dans son entier, d’une durée de 30 minutes, vous aurez droit à revoir la forêt qui se trémousse coquinement mais surtout vous y apprendrez comment la filière bois européenne gère différemment ses forêts et leur exploitation selon que l’on  se trouve en Finlande ou au Portugal ou encore en France où il semble que nous  réfléchissons beaucoup plus que nous agissons….

Au Portugal,  on cherche comment diversifier la production, on y   fabrique des sacs et des parapluies dont la toile est faite en piel de corcho, c’est à dire en liège. Le film montre comment il est récolté sur les chênes lièges, très utiles  aussi pour préserver la biodiversité et protéger des incendies. Etonnant de voir comment le liège  se prête  souplement à la confection d’une toile résistante.

Chez nous, on réfléchit à la façon dont on peut repeupler les Landes après le ravage des tempêtes…la partie française  du documentaire montre des hommes qui cherchent… Quoi qu’il en soit tous les hommes et les femmes qui ont voué leur vie professionnelle aux forêts sont des hommes et des femmes de bien.

Vidéo Forest love tournée par Greenpeace

Publicités