l’ignominie, droit dans les yeux

Notre société est malade, on le sait, mais elle  prend plaisir à s’avilir elle-même et nous sommes tous acteurs de cela. D’infimes renoncements en gros soupirs, nous montons en gamme dans l’acceptation, sans même nous suspecter de complicité. Le carnage de Toulouse en est la sordide illustration. L’innommable  à la Une des médias, spectacle de notre décadence.. Spectateurs décadents. Il y a de plus belles et de plus sulfureuses décadences que celle-ci.   L’horreur en boucle, l’obsessionnelle came du spectateur.  Taux d’audience records.

Ne nous reste-t-il plus  cet atroce goût amer en bouche, ces crampes dans le ventre, ces nausées au bord des lèvres ? il est où ce cri d’horreur, ce hurlement, ce NON, ce ASSEZ,  qu’est-ce qui nous paralyse la main pour envoyer le poste  de radio ou de télé valdinguer contre le mur ?

Qui sont ces  journalistes qui se posent la question sordide de savoir s’il faut ou pas mettre en ligne ou en ondes les images de la tuerie ? Qui est ce CSA qui encourage les médias à de la ‘retenue’   ?  c’est quoi ce mot « retenue » ? Ce mot est obscène dans le contexte.

Qui sont ceux qui affirment qu’on ne peut pas interdire la vidéo meurtrière ? 

Au nom de quoi les rédactions doivent-elles réfléchir à la diffusion de cette vidéo de la honte ?   Comment est-il possible que l’on puisse se poser cette question ? Cette vidéo n’est en rien de l’information. Cette vidéo est un objet masturbatoire de plaisir à mater l’horreur. Je pense à une scène du roman « L’anglais décrit dans le château fermé »  de Mandiargue. Il narre comment une femme avilie et soumise à qui l’on dépiaute  et assassine son enfant à 10 cm de son nez éprouve de la jouissance sexuelle  Bien sûr cette idée de jouissance n’est que dans le cerveau du romancier. Enfin, j’ai toujours voulu le  croire. Il mes reste des illusions, donc.  J’ai toujours pensé que si un lecteur était capable de lire ces lignes sans avoir envie de vomir était alors capable  dans des circonstances spécifiques, de tout voir et de tout faire, avec quelque chose de trouble entre les jambes. Je m’interroge sur cette tergiversation abominable au sujet de cette vidéo macabre. Si l’on a cette saloperie entre les mains et que l’on se pose la question de son utilisation, alors on doit se faire du souci sur sa propre nature.  Que les médias soient propalestiniens ou de je ne sais quelle obédience,  ces images doivent être détruites.

Et qu’en est-il de l’attente fébrile de ceux qui bavent de visionner la tuerie, sous prétexte de quelque hypocrite raison sociologique ?

je rêve de silence et de beauté  pour honorer ces enfants.

Les images non fictionnelles montrant des hommes, des femmes et des enfants se faisant abattre doivent être, par dignité et respect pour la vie, l’humanité, les victimes et soi-même, jamais exposées sur les écrans.  Il est interdit de diffuser et de visionner des images de pédophilie, de tortures d’enfants, et même de jeux amoureux mettant des mineurs en scène, ces détenteurs et diffuseurs  d’images sont passibles de prison,   et il ne serait pas interdit de diffuser des images où l’on voit des enfants se faire tirer comme des lapins à bout portant ? 

je ne me reconnais pas faisant partie de cette communauté de pensée, de cette communauté tout court.   De notre société. Il y a des points de non retour. J’ai entendu des choses tellement inouïes à midi à la radio que je me sais de plus en plus éjectée .  En marge, je sais encore déceler ce qu’il y a de beau.  Des instants nécessaires de prise de conscience.

Image : Jan Saudek

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Isa Lorédan dit :

    Les questions à propos de la diffusion de cette vidéo me semblent bien inutiles. En matière d’information, une seule chose devrait entrer en compte (au-delà de l’aspect choquant), c’est « Est-ce que cela va apprendre quelque chose d’utile aux lecteurs/téléspectateur » ?

    Si les télés et autres s’étaient posé cette questions, nous n’aurions pas eu ces programmes en boucle, non-stop, qui nous ont diffusé durant 33 heures de la non-information (les commentaires étaient édifiants, les uns affirmant le contraire de ce qui avait été dit peu avant). Or le but était uniquement de faire de l’audimat… Et si Al Jazzera s’est posé la question de la diffusion des images de la vidéo, c’était dans la même logique. Ne pas rater le scoop que les autres n’auront pas… Finalement, la chaîne a choisi la raison à celle du profit.

    Dans tout cela, l’être humain est totalement oublié et on ne peut que le déplorer. Je suis d’accord avec vous Anne, notre société est malade. Mais combien résistent à la résignation ? Ce qu’on entend le plus, c’est « c’est comme cela, on n’y peut rien ». Il aura fallu cette menace de la diffusion de trop pour faire réagir un tant soit peu. Mais ne nous leurrons pas, ces gens choqués seront les premiers à aller regarder l’accident de voiture qui aura lieu vers chez eux, attirés par l’odeur du sang. C’est une triste réalité.

  2. mariegodard dit :

    Anne,

    J’ai envoyé un commentaire de même nature que le vôtre, il y a moins de 48 heures, à l’équipe éditoriale du NouvelObs en leur demandant jusqu’où ils allaient descendre dans les abysses du voyeurisme. Serez-vous étonnée d’apprendre que mon commentaire n’a pas été publié?

    A force d’être inondés par ce flot incessant d’images décadentes qu’on appelle « informations » mais qui ne sont la plupart du temps que des histoires de « chiens écrasés », si vous me permettez cette expression, nous en sommes réduits à ce rôle de voyeurs blasés que rien d’autre que l’absolument horrible n’arrive plus à émouvoir.

    Comme vous, j’en ressens de la honte et j’en suis presque heureuse d’être à ce moment de ma vie où je peux m’abstraire un peu de ce monde de plus en plus minable dans lequel nous vivons. Il y a quelque chose de bon à dire en faveur de la misanthropie…

    Marie Godard

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s