érotisme pour l’élite, porno pour les masses

Le texte qui suit  provient du site MOUVEMENT  INTERNATIONAL POUR UNE ECOLOGIE LIBIDINALE  (M.I.E.L) . Oui, figurez-vous que cela existe..(Ce site  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité. )

Je vous laisse seul juge des concepts que ce mouvement défend ou combat.

Il m’a semblé intéressant de mettre en lumière ces propos sur la censure que peut exercer la culture.

Censure de la culture. Un exemple : l’érotisme pour les « élites », le porno pour les masses

(lien depuis hystérie, révisionnisme, cours educsex, désymbolisation)

Pourquoi les masses regardent-elles TF1 plutôt que ARTE ?

L’accès à la culture a toujours été réservé à certaines « élites » (aux dominants). De nos jours, ce n’est pas tant que certains pans de la culture ne sont pas matériellement accessibles (musées, livres, télévision culturelle… sont accessibles au public et à la portée de (presque) toutes les bourses), mais plus subtilement, le peuple est écarté de la culture par le fait que celle-ci est construite (par le discours médiatique) comme peu attrayante car « chiante » et réservée aux « intellos ». Dès l’enfance, les jeunes des classes dominées intériorisent un complexe d’infériorité en matière de culture (qui peut mener au mépris pour celle-ci et à l’anti-intellectualisme). Cf. Bourdieu et le « sentiment d’indignité culturelle ». Tout cela a pour but et pour conséquence pour qu’ils intègrent le fait que la culture ce n’est pas pour eux.
Il y a là une forme subtile de censure. Les idéologues auront ensuite beau jeu de dire qu’ils proposent les programmes que les gens veulent… et que chacun est libre de son choix.

L’art érotique, un danger pour l’ordre social.

La plupart des artistes ont produit des oeuvres licencieuses. Peintures, scultures, dessins, romans, poèmes… Or ces oeuvres, quand elles n’ont pas été détruites, ont longtemps été dissimulées dans des cabinets de collectionneurs, dans les réserves des musées, l’enfer des bibliothèques… Seuls quelques initiés (« l’élite ») y avaient accès. La plupart des ouvrages d’histoire (de l’art) passent encore aujourd’hui sous silence cette production : l’image de l’histoire, de la culture et de la civilisation humaine qu’ils construisent est une image complètement déformée, allant dans le sens de la pudibonderie (il s’agit là d’un véritable révisionnisme). Par exemple, l’intérêt très marqué des hommes de la préhistoire pour la sexualité a été longtemps passé sous silence ou interprété en référence à la seule maternité (cfLa sexualité des paléolithiques, lien vers hominides.com).
Ainsi un recueil d’illustrations érotiques est indispensable pour compléter la lecture d’une histoire de l’art.

Exemple : Erorica Universalis de Gilles Neret, éd. Taschen, 1994 – ce livre ne présente malheureusement que des productions occidentales, d’autres abordent les oeuvres des autres civilisations – Le blog de Claire Ogie Des sens présentait une large collection d’illustrations érotiques d’époques et d’origines variées. A la demande générale, certaines pages seront progressivement remises en ligne dans cette sous-rubrique de son nouveau blog : cheminfaisant.eklablog.com/des-sens-c470922 (mot de passe : reserveapublicmajeur).

Il en va de même dans le domaine littéraire. Très récemment quelques portes se sont ouvertes (un documentaire,  Les musées secrets de Peter Woditsch, 2007 à été diffusé sur ARTE le 24 mars 2008, tandis que la Bibliothèque Nationale de France exposait une partie de son enfer (décembre 2007 à mars 2008, lien vers la BNF).

A propos des « conquêtes de l’édition » dans les années 1950 : « On est en droit de se demander si cette conquête ne s’est pas faite au prix d’une confusion où le leurre du « tout est permis » dans une banalisation du scandale, cohabite avec la menace moralisatrice qui pèse sur les sujets tabous, comme les soupçons de pédophilie ou l’expression d’autres « déviances ». » Les commissaires de l’exposition : Marie-France Quignard et Raymond-Josué Seckel.

Naturellement c’est dans les manuels scolaires que la censure est la plus totale sur cette production. D’une manière plus générale tout discours sur la sexualité à destination des enfants tombe soit sous le coup de la censure de la loi, soit sous le soupçon jeté par cette forme plus subtile de censure qui provient de la médiatisation irrationnelle des affaires dites de « pédophilie« . Bref l’éducation à la sexualité devient de plus en plus irréalisable, ouvrant toute grande la voie à la pornographie.

En matière d’éveil du désir sexuel, l’accès à l’art érotique reste donc bien réservé à une « élite », tandis que les autres n’auront accès qu’aux images aliénantes produites en masse par la pornographie.

Si les classes dominantes se réservent de fait l’accès à la culture, et en particulier à la culture érotique, c’est bien parce que celle-ci recelle un fort potentiel subversif.
La culture érotique fournit les outils de la liberté sexuelle. Cette liberté est indissociable de la liberté de penser, de la liberté de juger par soi-même (et non en fonction des discours médiatiques, de la publicité, des marques…). Le désir sexuel, par son ancrage au plus profond de nous, est la source la plus solide du jugement, quand il n’est pas aliéné. La construction du désir sexuel permet aux autres désirs inscrits dans notre corps de devenir également sources d’un jugement indépendant des influences du marketing, c’est à dire avant tout fondé sur nos perceptions et nos émotions. La culture permet la construction d’un sujet désirant. Autrement les désirs de l’individu trouvent leurs  origines dans la publicité et plus généralement dans les valeurs véhiculées par l’idéologie dominante.

La reproduction de l’ordre social (la hiérarchie sociale) passe à la fois par la dévalorisation et la destruction des cultures populaires et par l’interdiction de l’accès des dominés à ce qui en subsiste, notamment en le dévalorisant à leurs propres yeux.

« C’est précisément parce-que les classes dominantes étaient conscientes, pleinement ou de manière subliminale, du potentiel révolutionnaire de la sexualité qu’elles ont insisté sur une éthique sexuelle puritaine voire manichéenne. En même temps elles ont conçu d’intelligentes gratifications de substitution, qui canalisent les énergies sexuelles vers des buts inoffensifs tels que les sports ou les divertissements populaires. »
Herbert Marcuse in « Zur Kritik des Hedonismus« .


→ Retour Page d’Accueil et autres chroniques 

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s