les détails, vous dis-je…

le

 

 

Ce n’est que tard dans la vie sans doute, mais enfin mieux que jamais  n’est-ce pas…  que les détails,  ou  même ces petits riens,  discrets mais obstinés,  finissent par balayer d’un vent pourtant à peine fripon,  l’insignifiant.  Des choses oui, mais aussi des êtres.

Il suffit alors de caresser des yeux , de la main, des lèvres, du coeur,   ces pépites extraites des faux semblants et des illusions, pour pouvoir encore  y croire.  A quoi ? je ne sais vraiment, mais enfin y croire et  jubiler.

Au sas de la lucidité sont passés les silences  trop bien entendus ,  les attentions homéopathiques,  les présences absentes,   les justifications faux cul, la frilosité , la tiédeur mollassonne à peine réchauffée au micro ondes de la bonne conscience et des sentiments à minima remisés dans un coin.

A vrai dire,  ce délestage  fait un bien fou.  De la rareté naît la cherté.