fiction

Etre une fiction créée de toute pièce à l’intérieur d’une enveloppe charnelle illusoire tombée des nues, alternative au devoir d’être,

fiction pareille à un livre, coincée entre ses pages sur les étagères de la bibliothèque, dans les silences les pleurs et les rires des personnages enfantés dans la douleur et l’angoisse d’une table de travail austère par je ne sais quel géniteur mégalo qui se prend pour Dieu.

Exister dans ces heures de parenthèse entre tes mains, sur tes   genoux, tu esquisses mon visage et  modèles mes courbes, tisses la soie de mes cheveux, à ton envie,   je scrute ton doigt qui soulève la page, tripote, hésite, soulève encore , diffère,  tu me chatouilles à tergiverser comme ça,  tu insistes sur un mot, forces le trait, tu m’exagères, fronces, soupires, tu laisses mes larmes  mon rire mon cri en suspens, tu me condamnes à  longue peine, rythmes le tempo de mon souffle sur la lenteur de l’effeuillage des pages , un vrai mirage.

Au point final, l’absence. 

Exister alors dans l’absence

s’absenter chez toi, migrer dans ton enveloppe charnelle,  illusoire terre d’asile,  ta mémoire

Tableaux  Magritte, le Blanc seing et la Philosophie dans le boudoir.

Photo Johannes Faber (1928)

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. philachev dit :

    Ha oui, des fois j’ai l’impression de péter un peu un câble, mais je vois que je ne suis pas seul…
    Je ne vais pas chercher à rivaliser dans l’exercice de style, mais une question me brûle les lèvres: le négatif de tout cela, il correspond à quoi?
    Bien sur que l’on se crée une image par ses fictions et ses fantasmes, bien sur que l’on peut finir par croire en cette image, bien sur que la fiction finalisée peut devenir plus palpable que la réalité initiale, mais ça fait un peut le serpent qui se mort la queue tout ça, car à la fin le personnage fictif que l’on a créé va s’inventer une image réaliste de lui même, non?
    Pinochio, va!

  2. anne dit :

    @ vous trois :
    j’hésite encore sur cette confrontation de fiction/réel…
    ne se crée-t-on pas ? et n’y a t-il pas de la fiction dans la création ?
    notre réalité n’est-t-elle pas fiction…. parfois…. souvent ?
    « le réalisme fantastique… » pas mal ! joli comme pirouette Sylvaine

  3. Sylvaine dit :

    Je préfère à la fiction, le réalisme fantastique. Il a un potentiel de folie différemment délirant.J’aime frapper à la porte d’un dormeur, quand le temps presse !

  4. kelcun dit :

    oui anne, on ne peut vivre dans la fiction…

  5. vuvan dit :

    bonne soirée
    les textes sont angéliques qui étalent bien les
    tourbillons diaboliques de l’amour dans la conjugaison
    charnelle avec les entrepénétrations sulfurantes du corps et de l’âme…

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s