la femme au cheveux courts

Louise Brooks
Louise Brooks

 

Louise Brooks
Louise Brooks

Dès 1917 , la rebellion et l’émancipation des femmes passent par le coup de ciseaux dans leur chevelure et le port du pantalon . Coco Chanel lançe dans la foulée la mode de cette femme mutante qui déconcerta et navra plus d’un homme; on prétait  d’ailleurs volontiers à ces femmes audacieuses des moeurs saphiques, l’affichage du sexe passant par le look.

 

 D’ un illustre inconnu courroucé  par les garçonnes , ce poème  revanchard retrouvé dans un grenier chez des amis, intitulé  « la femme aux cheveux courts » :

P1020979

 

 

Pour  Thomas, le personnage du livre « les femmes aux cheveux courts  » de Patrice Leconte (Albin Michel), le comble de l’audace pour une femme  encore  aujourd’hui  est de porter les cheveux courts, c’est ce qui le fait fantasmer.

Jean Seberg
Jean Seberg
 
Georges Dubosq  (1854-1927) , dans son texte « les cheveux à la Jeanne d’arc« ,  explique pourquoi dans les années 20 on qualifiait cette coupe courte de « cheveux à la Jeanne d’Arc », tout en soulignant que les cheveux  de Jeanne, coupés  courts à la mode masculine du début du XVème siècle , en rond, en sébile ,  ont contribué à la mener  au bûcher puisque cela a été un des griefs retenus à son procès de condamnation.
Ainsi Dieu avait donné des cheveux aux femmes pour les voiler , les couper c’était vouloir aller tête nue, jeter son voile aux orties, défier Dieu et les hommes.
« Toute femme qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef. » (St Paul, 1ère épître aux corinthiens).
.
- Luc Besson
- Luc Besson
[C’est une faute très grave, un véritable péché mortel, sur lequel on basera toute l’apostasie de Jeanne d’Arc. Dans sa seconde délibération sur ce cas, la Faculté de décret de l’Université de Paris dira : « Item que ladite femme est apostate, parce que la chevelure que Dieu lui donna comme un voile, quam sibi Deus dedit ad velamen, elle s’est fait couper dans un mauvais dessein, malo proposito sibi amputari fecit (Procès T. 1., p. 147). C’est un des griefs principaux contre elle, qui sera porté dans l’article XII et XIII de l’Acte d’accusation. L’accusateur considère ce fait de porter les cheveux courts comme une atteinte à « l’honnêteté du sexe féminin, interdit par la loi divine, abominable à Dieu et aux hommes et interdit par les sanctions ecclésiastiques, sous peine d’anathème. » (Procès T. 1, p. 223)]
.
Couper ses cheveux courts, passer du long au  très court,  reste encore pour une femme un geste, même aujoud’hui, qui relève d’un  petit défi, envers elle-même et envers l’homme . C’est vérifier que son charme , son potentiel de  séduction ne sont pas fait uniquement  de crin et de poil, c’est oser montrer son visage à nu,  l’exposer sans qu’il puisse se cacher derrière de longues mèches,  c’est se plaire à soi avant de plaire au mâle, c’est toujours finalement jeter le voile aux orties.  Pour  jouer avec, couper, faire repousser, recouper, raser…au gré des humeurs, et tant pis  ou… tant mieux… si l’homme rêve toujours de lui agripper la crinière pour lui cambrer les reins.