la SNCF et ses wagons de la ségrégation

 

Ainsi donc la SNCF va inaugurer cet été ses rames réservées aux familles .

« L’idée, c’est que pour les vacances d’été, il faut inventer de nouvelles façons de voyager réservées aux familles, c’est-à-dire des TGV où il n’y a que des parents avec des enfants. Comme ça, on peut faire tout le bruit qu’on veut », a expliqué le président de la SNCF Guillaume Pepy sur Europe 1.pm-reisen-im-zug 

Les adultes seuls voyageront au calme dans d’autres rames.

D’autres initiatives sont à l’étude, des rames réservées aux seniors..et d’autres  aux célibataires,  aux hommes et femmes d’affaire…. Quelle magnifique république démocratique tolérante que voilà. On peut appeler   cela pudiquement du marketing.  Pour cibler au plus près les attentes des voyageurs, la SNCF imagine compartimenter les gens qui ne souffrent  pas de vivre ensemble quelques heures. Pourquoi pas aussi des wagons pour homosexuels,  pour chômeurs, d’autres pour gauchers  ou pour  sexe féminin ou pour ceux qui ne parlent pas notre langue  si ça nous insupporte  de vivre en leur compagnie 3 heures durant. Il n’y a pas , après tout,  de limite puisque la discrimination est établie de facto par cette initative. Il y a eu aussi des wagons à bestiaux de triste mémoire.

Les familles qui choisiront , par principe et résistance, de voyager malgré tout en rame ordinaire se verront stigmatisées et  prises  à parti par les  ‘sans enfants’ :  « des wagons sont réservés pour vous, vous nous emmerdez avec votre marmaille »

Où est le problème ? De tout temps on a voyagé avec d’autres usagers flanqués d’enfants. Lorsque les trains étaient tous agencés en compartiments, l’espace vital était encore plus restreint.   Avec des enfants  bien élevés, il n’y a jamais aucun problème de cohabitation, les uns et les autres font des concessions, au pire les parents se lèvent et isolent l’enfant bruyant dans la plateforme le temps qu’il se calme. S’il le faut,  ils resteront dans cette plateforme tout le voyage.  Si les parents ont un minimum de savoir vivre bien sûr, dans ce royaume où à l’enfant roi tout est permis. Un enfant insupportable dans une rame est un enfant à qui on laisse le loisir d’exercer sa dictature à la maison.   Il suffit d’observer le parfaite indifférence au chaos que provoquent leurs enfants pour repérer les parents sans éducation.  On peut alors tenter soi-même de réprimander les enfants, en général ça marche, même si on se fait tancer par leurs parents.

Entendre hurler un enfant pendant 3 heures est pénible. J’ai  plusieurs fois rêver d’en jeter par la fenêtre quelques uns ou de stériliser tous les usagers férroviaires lorsque ces gamins donnaient des coups de pieds dans le dossier de mon siège tout le long du trajet, se roulaient par terre, ou criaient sans discontinuer. Fort heureusement l’imagination sert à décompresser et à évacuer notre violence et notre intolérance.

Pour autant je préfère délirer sur les sévices que je rêve de  leur administrer plutôt que de  les voir parqués dans un wagon spécial.  Parquer les gens me hérisse le poil. Monsieur Pepy, le directeur de la SNCF, prétend  ainsi donner le pouvoir aux familles de faire tout le bruit qu’on veut , quand il conviendrait  plutôt de leur apprendre à savoir vivre ensemble et de baisser le ton. Le  train est un transport en commun qui oblige aux devoirs tout autant qu’aux droits.

Ceci dit,  on pourrait aussi souligner que beaucoup d’adultes sans enfants (ceux-là même qui ne supportent sans doute pas les bruits des familles) parlent fort, laissent sonner leur portable sans arrêt et conversent en ligne sans se soucier de leur environnement qui subit avec force soupirs. 

S’il faut imaginer un wagon réservé, que ce soit pour les usagers  sans savoir vivre…

La multiplication  sournoise et rampante de ces  micro communautarismes est très inquiétante, elle signe une intolérance grandissante et présage d’un avenir incertain  à l’heure où l’on voudrait que la mixité sociale et générationnelle  s’améliore. Notre incapacité à vivre ensemble ne serait-ce que quelques heures est décourangeante . Aux USA , c’est ainsi que des villes réservées aux  seniors se sont construites, en Italie des bus sont réservés aux étrangers, au Japon des wagons sont réservés aux femmes.800px-Women_Only_m

 

Puisque  la SNCF se dit à l’écoute des usagers, elle ferait bien d’aménager plus de fauteuils pour les handicapés ainsi que pour  les personnes obèses qui ne peuvent s’asseoir sur leur siège étroit à moins d’obliger leur voisin à leur céder la moitié de leur place  ou à voyager au bar, tout comme  elle ferait bien également de créer des espaces de jeux  pour les plus petits  plutôt que d’encourager ses  usagers à se détester cordialement en les parquant dans des zones réservées.

Sous ces  effets d’annonces  douteuses, la SNCF fait oublier qu’il est toujours plus cher de voyager en commun, que les trains arrivent rarement à l’heure,  que des correspondances sont souvent loupées par ces retards, que  les avantages  (payants) qu’elle dit accorder aux voyageurs ne leur donnent quasiment jamais l’occasion de profiter des dit-avantages. Ainsi, la carte Jeune que les étudiants achètent ne leur fait JAMAIS bénéficier des réductions importantes promises  puisque ces étudiants rentrent chez eux logiquement,  le week-end, et que le week-end justement, ces réductions  ne sont JAMAIS appliquées.