la famille

 

Picasso
Picasso

Pas touche à la famille.  C’est un sujet tabou . Qui ne veut fonder une famille, se mettre  en couple, se reproduire et perpétuer l’espèce est suspect voire monstrueux. Rejeter l’idée de famille comme projet de vie c’est se mettre au banc de la société qui ne vit que structurée  et sécurisée par la famille, c’est passer pour  fou , déséquilibré ou inadapté.

Oser imaginer un autre fonctionnement, d’autres façons de construire une vie, la vie,  c’est relever d’une pathologie asociale et funeste. Pensez donc, tout risquerait de s’écrouler…

Sans avoir d’engouement particulier pour Onfray qui me semble manquer bien souvent de nuances et verser dans une certaine dictature de pensée  en ce qui concerne l’érotisme et l’amour,  l’extrait qui suit illustre assez bien ce qui me semble être un empêchement à d’autres possibles.

 

[…..En matière de relation entre les sexes, qu’est-ce qui demeure indéfectiblement sacré aux yeux de la plupart des civilisations et des cultures et ne fait jamais l’occasion de critiques radicales, fondamentales, essentielles ?  Quelle instance se voit préservée par le plus grand nombre, épargnée, maintenue, gardée, conservée, bien que faisant depuis des siècles, et sous toutes les latitudes, la preuve de sa nature mortifère et négatrice pour les individualités ?  Où se cache la ruche sociétaire exigeant l’abdication et le renoncement à l’essentiel de ce qui constitue une singularité masculine et  une subjectivité féminine ?  Où peut-on voir cette machine à transfigurer les énergies singulières en projets collectifs ? Sinon dans la famille  .

La famille ! Elle surgit quand le couple s’élargit et accueille un tiers…….Elle fonctionne aux humeurs, sperme , sang et larmes. Elle manifeste le triomphe absolu de la nature et congédie le plus possible la culture. Elle trahit l’empire de la nécessité et du déterminisme de l’espèce. Elle rappelle l’animation toujours dominante dans la chair des hommes  incapables de préférer l’artifice et qui subissent aveuglément la loi des mammifères. Elle vit d’agrégations, de collages, de lignages, de génétiques, de programmes, d’instincts. Elle engloutit le divers et régurgite du semblable. Elle souligne la parenté de destin entre les hommes et les bêtes.

………..Elle (la famille) déborde le couple et invite au dépassement des individus au profit de status et de fonctions : le père, l’époux, le mari, le fils, la mère, l’épouse, la fille.

…la famille occidentale se construit relativement au phallus, elle rayonne autour de cet axe préhistorique. …..]

 

Théorie du corps  amoureux – Théorie des agencements-  Onfray

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s