Eon et la dualité des sexes

 

deon3 le chevalier Eon en jupon

 

Après lecture et relecture de leurs articles, l’ouverture d’un blog collectif  exclusivement féminin, « femmes engagées »  me laisse perplexe. Ces blogueuses revendiquent l’engagement politique et féministe, leurs billets sont éclectiques, interessants mais à leur lecture ne témoignent à mon sens d’aucune spécificité féminine dans  leur vision des choses et dans leur analyse, malgré leur intention commune, puisque c’est ainsi qu’elles justifient leur « ségrégation » sexiste. Finalement quel est l’argument de cette féminisation des auteurs ?

Ce blog est alerte, certes,  mais ainsi que je l’ai commenté chez Eric Mainville,  si j’applaudis à l’initiative collective , le communautarisme de tout poil me hérisse, il commence par exclure avant de réunir. Je me méfie donc de ces soi-disantes capacités à mieux voir, à mieux analyser,  à s’enrichir, entre soi…quand justement  la richesse des analyses exige la diversité des sexes, des origines, des couleurs.

Parce qu’enfin, le combat pour la justice sociale, la paix, l’égalité des sexes, l’intégration, ne pourra être mené à bien qu’ensemble pour que des changements s’ancrent dans les mentalités et ne restent pas des victoires isolées, donc fragilisées.

il m’est revenu en mémoire le discours de Robert Badinter pour le quarantenaire de l’Ecole Nationale de Magistrature, qui peut nourrir la réflexion sur la spécificité des sexes et leurs capacités à exercer leur citoyenneté de manière différente. Celui-c i s’interroge sur la nécessité d’ajouter à la dualité des sexes celle des fonctions :

« Faut-il distinguer femmes magistrats et hommes magistrats, et veiller à assurer la parité si souvent évoquée dans les temps où nous sommes? A cet égard, nous savons que, en terme d’effectifs, l’égalité entre les deux sexes est assurée. Les chiffres, notamment des derniers concours, laissent présager une féminisation croissante de la magistrature. Le Doyen Vedel, un jour, où nous en plaisantions, me disait :  » il faut soutenir la parité, c’est la meilleure chance pour nos petits-fils d’être un jour magistrats …  » Doit-on aller plus loin, prévoir des quotas assurant la parité dans les postes, notamment les plus élevés de la hiérarchie qui comporte une faible proportion de magistrates. L’atelier n°2 ne l’a pas souhaité. La  » rapporteuse « , Madame LOUBET-PORTERIE a considéré qu’il ne pouvait y avoir deux façons de juger ou de poursuivre, l’une féminine, l’autre masculine. La fonction de magistrat est identique et impose ses exigences et son éthique au magistrat, quel que soit son sexe. De surcroît quel serait le sentiment des justiciables si l’on affirmait comme postulat, que les magistrates et les magistrats n’exerceraient pas de la même manière leur fonction ? le doute s’élèverait aussitôt sur l’impartialité du juge, selon son sexe, et l’on verrait bientôt des justiciables s’enquérir du sexe du juge et du Procureur et, le cas échéant, introduire une demande de récusation, fondée sur le sexe du magistrat. Le sexisme n’a pas sa place dans la justice, ni dans sa forme traditionnelle, comme préjugé à l’encontre des femmes, ni dans sa forme contemporaine, c’est-à-dire en affirmant une irréductible différence entre femmes et hommes dans l’exercice de toutes leurs activités. En matière judiciaire, cela n’est pas concevable.
Il n’y a pas une façon masculine et une façon féminine de juger ou de poursuivre, pas plus que d’enseigner, de plaider ou de gouverner... »
 
 
 Eon, ce brave chevalier, joua à l’homme, joua à la femme, trompa son monde, tour à tour en jupon ou en costume, ferraillant, bousculant, charmant, censeur Royal, agent secret, envoyé spécial en Angleterre vêtu en femme, lectrice de la tsarine, bataillant dans l’armée, chevalier et chevalière ; il a vécu 49 ans en homme et 33 ans en femme…

Qu’importait son sexe ? Beaumarchais voulut regarder sous ses jupes, Eon lui répondit :

« Jean foutre, que j’aye une queue ou que je n’en aye pas, qu’est-ce que cela te fait ? On ne te demande de faire assaut contre une queue ! » 

Sa vie durant , son sexe fut une énigme. Il fut autopsié, on lui trouva, d’après les archives, un splendide service trois pièces…en très bon état de fonctionnement.

Savez-vous, où il a été enterré ? Ca ne s’invente pas…dans le Middlesex …

votre grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s