L’homme au bull

Il gèle. Les hommes au bulldozer saccagent les fragiles cabanes des migrants, confisquent ce qui les protège du froid et les réchauds qui leur permettent de survivre, les laissent nus et vulnérables dans l’hiver, loin de leurs terres, puis les hommes au bull vont acheter leur foie gras et leur dinde pour fêter Noël en famille.

Noël. Sainte nuit. Douce nuit. Bonne année. Le gui de l’an neuf. Les bonnes résolutions. A quoi pense l’homme au bull lorsque la cabane du pauvre hère s’écrase sous le métal, que les couvertures se déchirent, que le bois brûle, sans que ce migrant n’ait rien fait ni contre lui ni contre sa nation. Comment négocie-t-il ça avec sa conscience dans la froidure de décembre ou lorsqu’il regarde ses enfants ?

Désobéir. Je désobéis. Désobéissance civile. Dire non. Etre juste. Un juste. Tendre les clés du bull au col blanc. Allez-y vous-même. Allez vous faire foutre.

wrong-way